Qu'est-ce qu'un blogue ?

À sa genèse, le terme anglais « log » désignait une bûche de bois que les marins jetaient dans l’eau par-dessus bord. En comptant le temps écoulé pour que le rondin s’éloigne, ils estimaient ainsi la vitesse du navire. Plus tard, les marins ont amélioré leur système et les « logs » jetés à la mer permettaient de mesurer plus précisément l’allure du bateau. Les données récoltées étaient consignées dans un carnet de route ou un journal de bord que tenaient les capitaines au cours de leur périple.

Au milieu des années 1990, c’est le Web qui devient l’immense espace à explorer. Des sites qui relatent des notes personnelles et quotidiennes commencent à percer.

Simultanément, des groupes de discussion se répandent de plus en plus sur le Net. Certaines de ces publications recensaient des sites Web en y ajoutant des commentaires d’appréciation personnelle. Il s’agit d’un Web log, un « journal du réseau ». De la contraction de ces deux mots est né le blog, un nouveau genre d’écriture sur le Web permettant à l’internaute de tenir un journal auquel le lecteur peut réagir et y apposer ses impressions et commentaires.

Au Québec, le terme blogue, est la forme francisée de blog. Il a été proposé par l’Office québécois de la langue française, en octobre 2000, pour remplacer les termes anglais weblog (de web et log « journal, carnet ») et blog, très employés en français. Le mot blogue a permis la création de plusieurs dérivés, dont bloguer, blogueur et blogage, qui sont de plus en plus répandus .

En France, la Commission générale de terminologie et de néologie a officialisé le terme bloc-notes et sa forme abrégée bloc en 2005, comme équivalents français de blog. Cependant, ces deux termes n’ont pas été retenus pour désigner le présent concept, étant donné leur imprécision. Le grand dictionnaire terminologique définit ainsi le blogue « Site Web personnel tenu par un ou plusieurs blogueurs qui s’expriment librement et selon une certaine périodicité, sous la forme de billets ou d’articles, informatifs ou intimistes, datés, à la manière d’un journal de bord, signés et classés par ordre antéchronologique, parfois enrichis d’hyperliens, d’images ou de sons, et pouvant faire l’objet de commentaires laissés par les lecteurs. »