Dominante argumentative

Texte modèle et plan

Punition mortelle - par Carl Therrien (Site de Mme Gélinas)

Secondaire 5, Centre Le Goéland, Sherbrooke

 

Introduction

 

Autrefois, la justice a condamné un bon nombre de personnes à la peine de mort, assassinant ainsi plusieurs malfaiteurs sous prétexte que la mort était la meilleure façon de maîtriser la bête et son venir. De nos jours, avec les actes criminels de plus en plus violents et atroces, la question que l’on peut se poser est la suivante : « Devrait-on rétablir la peine de mort? « . Selon moi, il est évident que de répondre à la violence par la violence n’est pas la solution au problème.

 

Sujet amené

Pont et sujet posé

Opinion

 

Développement

1er paragraphe

 

En premier lieu, selon moi, je crois que le système judiciaire est défaillant et qu’il peut s’y glisser quelques erreurs. Dans le passé, il y eut beaucoup trop d’erreurs condamnant des accusés à une mort qu’ils ne méritaient point. Il est arrivé quelquefois qu’après l’exécution du prétendu coupable, le réel meurtrier venait se livrer et avouer son ignoble geste sur l’ordre de sa mauvaise conscience. Comme notre système ne doit condamner un individu que lorsqu’il est reconnu coupable, il faut peut – être s’interroger. Donc, je pense que, bien souvent, le système judiciaire éprouve de sérieux problèmes à juger adéquatement un individu coupable ou non.

 

Marqueur de relation

Opinion

Preuves et explications

Marqueur de conclusion

Rappel de l’opinion

Conclusion du paragraphe ou confirmation de la proposition de départ

 

2e paragraphe

 

En deuxième lieu, j’ai la conviction qu’ici-bas sur terre, il n’y a pas d’humain assez parfait pour juger du comportement d’un autre et encore moins de décider de sa mort. On peut se rappeler les paroles de Jésus qui disait : «  Qui êtes-vous pour juger de la vie des autres? « . Par ces paroles, il voulait nous faire comprendre qu’on ne pouvait porter un jugement sur aucun acte commis par une personne. Il est évident qu’aucun être humain ne peut se vanter de n’avoir commis aucune faute et de ce fait, personne ne peut décider du droit de vivre ou non d’un autre.

 

Marqueur de relation

Opinion

Preuves et explications

Marqueur de conclusion

Conclusion du paragraphe ou confirmation de la proposition de départ

 

 

3e paragraphe : Prenez note que dans ce texte, le 3e paragraphe est constitué d’un 3e argument. Cependant, à l’éducation des adultes, le 3e paragraphe doit contenir l’objection et la réfutation.

 

En troisième lieu, il est certain que la peine de mort ne fait pas peur aux assassins, tueurs en série, etc. Selon Monsieur Albert, psychologue, lorsque l’homme en arrive à vouloir commettre un crime, dans la plupart des cas, sa lucidité est absente de sa pensée. Si toutefois il est lucide, la seule chose qui l’obsède est de parvenir à ses fins : la passion l’emporte alors sur la raison. Pendant que le crime s’effectue, rien ne peut dissuader le meurtrier ou le criminel de s’arrêter. À mon point de vue, même la peine de mort ne peut empêcher un criminel de perpétrer un crime grave.

 

Marqueur de relation

Opinion

Preuves et explications

Marqueur de conclusion

Conclusion du paragraphe ou confirmation de la proposition de départ

Procédé explicatif (apposition)