Colloque sur les médias sociaux de la FEEP, décembre 2011

La Fédération des établissements d’enseignement privé (FEEP) a tenu un colloque sur les médias sociaux à l’hôtel Delta de Trois-Rivières, le 7 décembre dernier. Ce colloque a été une occasion privilégiée pour les participants de réfléchir à la place occupée par les médias sociaux dans la société. Il a aussi permis de discuter de la pertinence des médias sociaux à l’école et de l’importance d’éduquer les élèves avec ceux-ci. Voici un aperçu de l’événement et des ateliers donnés par le RÉCIT ainsi que des ressources utiles pour vos milieux scolaires.

Par Louise Sarrasin

Plus de 214 participants ont participé au colloque sur les médias sociaux : directrices et directeurs d’école, conseillères et conseillers pédagogiques, enseignants et enseignants. Un choix judicieux de la thématique quand on sait l’importance que les médias sociaux jouent dorénavant dans la vie de tout et chacun. Plusieurs sujets de grand intérêt ont été traités en conférences ou en ateliers. Ainsi, les participants ont pu voir la nécessité d’avoir une politique d’intégration des TIC tout comme celle d’implanter un programme de citoyenneté numérique à l’école. Ils ont aussi pu prendre connaissance des moyens de prévenir et contrer l’intimidation dans les milieux scolaires et de bien connaître les aspects juridiques du Web 2. Ils ont approfondi des sujets de première importance comme celui de la construction et de la protection de l’identité numérique. Autant de sujets qui ont suscité un grand intérêt chez les participants. La réflexion se poursuivra au cours des prochains mois, mais déjà, des pistes de réflexion ont émergé et plusieurs ressources ont été proposées.

Politique d’utilisation des TIC

C’est à Jean-Marc Saint-Jacques, président du conseil d’administration de la Fédération des établissements privés, qu’est revenu l’honneur de lancer la journée. Il a été présenté par l’animatrice du colloque, Me Sonia Daoust, coordonnatrice à l’administration des écoles privées. Dans son mot d’introduction, M. Saint-Jacques a rappelé que l’école était confrontée à de nouveaux défis comme le furent à l’époque les gens confrontés à l’avènement de l’imprimerie inventée par Gutenberg. Il a mentionné l’importance de « développer un esprit critique à l’égard de l’utilisation des médias sociaux pour poursuivre la réflexion à l’école, lieu où l’on instruit, socialise et qualifie les élèves ».

Par la suite, Claude Frenette, personne-ressource du RÉCIT de l’enseignement privé, a présenté Martin Lessard, le conférencier. Il a fait part de la grande feuille de route de Martin Lessard, conseiller, conférencier et spécialiste en stratégie web et médias sociaux. Une conférence qui a suscité un grand intérêt par la pertinence des propos de M. Lessard. Un article sur sa présentation est à venir. Voir aussi le site de Martin Lessard: http://martinlessard.com/

Quelques faits éloquents

Martin Lessard a amorcé sa présentation par deux citations. La première : Tous les deux jours, nous créons autant d’informations que nous en avons produit des débuts d’Internet jusqu’en 2003 (traduction libre) ». Citation d’Éric Schmidt, PDG de Google, en septembre 2010.

Et plus récemment, Kirk Skaugen, VP Intel’s Architecture Group, a exprimé sa pensée de cette manière : « Il y a eu plus de données transmises en 2010 que dans toute l’histoire de l’Internet de ses débuts jusqu’à 2009 ».

De son côté, plus tard dans son atelier sur l’identité numérique, Karine Thonnard a présenté dans un document PowerPoint le Gary Social Media Count : http://www.personalizemedia.com/garys-social-media-count/. Ce compteur met à jour le nombre d’interactions qui se passent chaque jour sur les médias sociaux. Par exemple : le nombre de vidéos téléchargées sur YouTube, celui des comptes Twitter ou le nombre de nouveaux membres qui rejoignent Facebook. On peut consulter ces données pour l’instant présent, le jour même, le mois en cours ou l’année courante. Karine a aussi montré le schéma développé par le blogueur Philippe Laganne pour illustrer l’évolution de la vie privée sur le réseau social Facebook de 2005 à 2010.

http://www.accessoweb.com/L-evolution-de-la-vie-privee-sur-Facebook-de-2005-a-aujourd-hui_a6453.html

Toujours dans l’atelier de Karine, les participants ont pu prendre connaissance du nombre incroyable de médias qui existent à l’aide du prisme créé par Brian Solis et par Jess3, une agence spécialisée dans la visualisation des données. « Avec la nouvelle version 3.0, explique M. Solis sur son site, notre vue sur le panorama des médias sociaux est transformée et reflète mieux la réalité des forces en présence sur le Web social... Il poursuit en disant ceci : « Les conversations qui définissent la culture et les valeurs de chaque communauté sont un des aspects qui rendent les médias sociaux particulièrement fascinants (traduction libre). »

http://www.briansolis.com/2010/10/introducing-the-conversation-prism-version-3-0/

Éduquer aux médias sociaux et avec les médias sociaux

Plusieurs défis se présentent aux éducateurs du 21e siècle. Parmi ceux-ci, éduquer aux médias sociaux est une nécessité. Dans un premier temps, il faut rendre les élèves conscients qu’ils laissent une empreinte numérique dès qu’ils écrivent ou affichent quelque chose sur Internet. D’où l’importance de les rendre conscients de cette réalité. Pour ce faire, Karine Thonnard a choisi de faire de l’identité numérique un levier plutôt qu’un fardeau. C’est pourquoi elle a offert un atelier sur le sujet. Dans ses formations, elle propose plusieurs pistes de réflexion et d’action aux parents et aux éducateurs pour éduquer les enfants et les jeunes aux bons usages des médias sociaux et les encourager à protéger leur identité numérique. Informer, apprendre et comprendre sont autant de dimensions qu’il faut prendre en considération dans cette éducation. Dans cet article du RÉCIT, vous pourrez prendre connaissance d’une vidéo de l’atelier portant sur l’identité numérique donné par Karine Thonnard et ses collègues du RÉCIT, Judith Cantin et Pierre Lachance. Lien : http://recit.qc.ca/article/l’identité-numérique-en-faire-un-levier-pour-mieux-éduquer-0

À voir aussi: CMap Apprendre avec les médias sociaux: http://recit.cadre.qc.ca:8080/rid=1JG7JD8JC-R8WXGY-329/m%C3%A9dias%20sociaux%20et%20p%C3%A9dagogie.cmap q

Par ailleurs, Karine Thonnard estime aussi qu’il est indispensable d’éduquer avec les médias sociaux. C'est pourquoi elle a animé un atelier sur la question avec son collègue Claude Frenette lors du colloque. En tant que personnes-ressources du RÉCIT, tous deux sont convaincus que l’éducation aux médias sociaux doit se faire avec les outils du jour. Ils font donc le choix d’éduquer aux médias sociaux plutôt que d’en interdire l’accès. C’est cette vision qu’ils ont présentée en atelier. Dans cette optique, ils ont montré la puissance des médias sociaux en tant qu’outils, mais aussi l’importance de les utiliser en contexte pédagogique. Par exemple, si les élèves sont bien sensibilisés par leurs éducateurs lorsque les élèves se branchent sur un média social, ils seront conduits à protéger leur identité numérique et à être vigilants à l’égard de celles des autres. Ils auront à cœur de protéger leur intimité et de se faire aider d’un adulte s’ils sont trop jeunes pour le faire. Ils auront compris que s’il y a des traces qu’on laisse, il y a aussi celles que nous héritons d’autres personnes qui parlent de nous sans que parfois on le sache. Il y a bien d’autres aspects qui peuvent être traités pour amener l’élève à se construire une identité positive dans le respect de tout un chacun. Tout au long de la journée, les participants ont pu en découvrir et s’outiller pour mieux former les élèves.

Les dossiers incontournables du RÉCIT

Les dossiers Aspects juridiques et Médias sociaux occupent une place de choix sur la page site recit.qc.ca. De manière à attirer l’attention des internautes, ils font partie des dossiers incontournables visibles sur la page d’accueil parce que le RÉCIT désire outiller les éducateurs en proposant des ressources de qualité. Tous sont invités à y effectuer des visites fréquentes pour voir l’avancée des travaux sur ces sujets.

Politique d’utilisation des TIC

Me Daoust a animé l’atelier Rédiger une politique d’utilisation des technologies de l’information et des communications. La juriste a proposé différents modèles de politiques de manière à ce que ces politiques reflètent ce que les établissements veulent faire à l’égard de l’utilisation des médias sociaux. Ainsi, un premier modèle s’applique au cas d’un établissement qui reconnaît l’importance pour ses employés d’avoir accès aux TIC pour la réalisation des activités d’enseignement, d’apprentissage ou de gestion dans le cadre de leur travail. Un second modèle s’adresse à l’établissement qui désire permettre l’usage des médias sociaux plutôt à des fins personnelles durant des heures de pause. Quant au troisième modèle, il convient à l’établissement qui a choisi d’interdire l’usage des médias sociaux sur les lieux de travail. Dans tous les cas, Me Daoust a rappelé l’importance de bien comprendre les principes qui permettent d’établir de telles politiques avant de les rédiger. Un de ces principes est la notion de contrat de travail qui est à la base de la relation employeur et employés, que ce soit par le biais d’un contrat ou d’une entente collective négociée. Elle a ainsi dégagé les responsabilités de l’employeur, par exemple, celle de protéger la santé, la sécurité et la dignité du salarié. En contrepartie, le salarié doit agir avec loyauté, ce qui requiert de sa part une forme d’adhésion à la cause pour laquelle l’employé est rémunéré. Il doit effectuer son travail avec prudence et diligence.

Me Daoust a aussi explicité ce qu’inclut la notion d’autorité parentale puisque cette notion a un impact lorsque vient le temps de rédiger une politique. Ainsi, le Code civil du Québec élargit la responsabilité des parents et du gardien au personnel scolaire durant les heures de classe. Par ailleurs, l’éducateur n’est pas libre de ses faits et gestes en dehors de l’école, car il est un modèle pour la société et il doit donner l’exemple. Ce sont là quelques-uns des faits que l’avocate a mis en lumière avant de proposer ces modèles.

Pour obtenir une copie des politiques documents, il suffit de communiquer avec Chantal Loiselle à la FÉÉP : loisellec@feep.qc.ca

Les aspects juridiques du web 2.0

Plusieurs enseignants expérimentent puis intègrent des outils d’échange, de partage et de co-construction de type web 2.0 (Facebook, YouTube, visioconférence, etc.) dans le cadre de leurs activités d’enseignement et d’apprentissage. Sur les médias sociaux, nombreuses sont les personnes qui diffusent leur profil personnel de même que des informations portant sur d’autres personnes sur ces réseaux. Est-ce sans danger? Quelles formes prennent les risques et enjeux du Web 2.0? Quelles responsabilités doivent être assumées par l’école, la commission scolaire, les parents pour protéger ces informations? Maître Trudel, professeur titulaire de la Faculté de droit de l’Université de Montréal, a répondu à plusieurs de ces questions et à bien d’autres lors d’un atelier. À partir de la perspective du droit québécois, il a ainsi pu clarifier les enjeux juridiques des environnements qui sont caractéristiques d’Internet. Il a aussi pu présenter les outils mis à la disposition des acteurs du Web 2.0 afin qu’ils soient en mesure d’identifier et de gérer les enjeux et risques associés à ces activités.

Lors du Colloque de l’AQUOPS 2011, Me Trudel a donné l’atelier Risques et enjeux du Web 2.0, proposé par le RÉCIT. Cet atelier a fait l’objet d’un article sur le site recit.qc.ca. Il apporte un éclairage très pertinent sur la question. On peut en prendre connaissance ici : http://recit.qc.ca/article/risques-et-enjeux-du-web-2-une-présentation-très-éclairante-de-me-trudel

M. Trudel a œuvré également au renouvellement du site Guide des droits sur Internet, un site d'information sur le droit et les lois qui permet d'apprivoiser Internet en toute confiance. Vous y trouverez des documents forts utiles. Lien : http://www.droitsurinternet.ca/

Programme de citoyenneté numérique de la CS Lester-B.-Pearson (CSLBP)

Barry Hannah est personne-ressource au Service local du RÉCIT de la commission scolaire Lester-B.-Pearson (CSLBP). Sa commission scolaire est la première au Québec à avoir adopté un programme de citoyenneté numérique. Ce programme vise à informer tous les membres de la communauté scolaire,  y compris les élèves, les employés et les parents, sur l'utilisation responsable de la technologie. La commission scolaire devient ainsi la première au Québec à adopter une telle politique. En atelier, Barry a permis aux participants de découvrir ou approfondir ce qu’est le concept de citoyenneté numérique. Il a aussi présenté les démarches qui ont permis l’implantation de ce programme dans sa commission scolaire ainsi que les ressources déployées pour atteindre l’objectif. Le RÉCIT abordera ce sujet de manière plus approfondie sur son site recit.qc.ca au cours des prochains mois. C’est à suivre.

La prévention, de première importance

Comment peut-on aborder en classe des sujets aussi délicats et importants que la cyberintimidation? Qu’est-ce qui fait d’une personne un agresseur et d’une autre une victime d’intimidation? Quels sont les rôles de ces personnes dans cet acte criminel et le rôle de la personne qui en est témoin? Ce sont autant de questions auxquelles a répondu L’escouade Brutus en plus d’offrir des pistes d’intervention pour enrayer la cyberintimidation de façon la plus efficace que possible. Pour rejoindre son public, l’escouade a trouvé une façon efficace et très originale : la zoothérapie. En ayant recours à des partenaires animaliers, ils peuvent amener les enfants et les jeunes à comprendre les différentes formes auxquelles ils peuvent être confrontés.

Par ailleurs, la FEEP a mené une enquête en 2009-2010 sur les réalités vécues par 44 000 élèves des écoles secondaires. André Revert, coordonnateur des services aux élèves à la FEEP, a présenté les données de cette enquête en atelier. Les participants ont pu prendre connaissance d’un portrait factuel des garçons et des filles en ce qui a trait à l’utilisation des TIC, d’Internet et des médias sociaux. Ils ont aussi été en mesure de mieux cerner les motifs d’utilisation d’Internet par ces derniers. Tout cela a été une excellente entrée en matière pour traiter des questions de cyberintimidation : formes qu’elle prend, profil des élèves victimes de cyberintimidation ainsi que celui des agresseurs. Des pistes d’action pour prévenir et contrer la cyberintimidation ont été explorées.

Les médias sociaux, des outils pour les gestionnaires

Les participants ont aussi pu jeter un regard sur les médias sociaux sous l’angle des possibilités qu’elle offre aux gestionnaires. Par exemple, dans l’atelier Les médias sociaux : une introduction pragmatique, Emmanuelle Erny-Newton, conceptrice pédagogique, a conduit les participants à réfléchir à la façon dont ils construisent leur expertise professionnelle au quotidien et à celle dont ils acquièrent des connaissances. Cette réflexion visait à illustrer le nouveau rôle de l’utilisateur de ces médias afin de voir si ce rôle pouvait avoir des répercussions jusque dans l’image d’une école. L’animatrice a mené la réflexion selon deux grands axes : la construction d’un réseau personnel d’apprentissage et la construction du réseau social et de l’image d’une école.

Michelle Sullivan, Directrice médias sociaux et communications numériques chez HKDP Communication et Affaires, a offert l’atelier Être premier de classe en web 2.0 – Les médias sociaux comme outil de gestion pour les écoles. En premier lieu, elle a expliqué qu’elle aimait bien faire une analogie avec les tribus (un regroupement de personnes qui viennent d’une même région ou d’un même village, etc.) lorsqu’il s’agissait de parler des médias sociaux. Elle voit ceux-ci comme un réseau de niches qui partagent des intérêts communs. Selon elle, la force des médias sociaux, c’est aussi le dialogue. Elle a invité les gestionnaires à prendre le temps de réfléchir à la marque qu’ils désirent projeter de leur école tout comme à bien cibler le public qu’ils veulent rejoindre. La règle d’or, a-t-elle expliqué, est d’atteindre les internautes là où ils sont. Les participants ont pu observer différents sites afin de voir comment les gestionnaires pourraient améliorer leur image de marque. Ils ont aussi fait le tour des enjeux associés à l’utilisation des médias sociaux comme outil de communication.

Pour sa part, Martin Lessard, conférencier du matin, a animé l’atelier Stratégie web et médias sociaux. Il y a démontré de quelle façon les TICS changent notre rapport à la connaissance, à l’expertise et à l’autorité. La conférence de M. Lessard fera l’objet d’un article. À suivre sur le site recit.qc.ca.

Conférence de clôture

Geneviève Beauvais, Directrice des communications à la FÉÉP, a présenté le conférencier Pablo Stevenson, directeur et fondateur de Ressac, une entreprise de Montréal spécialisée dans le marketing internet sur les réseaux sociaux. Elle a mentionné que l’entreprise compte parmi ses clients le Cirque du Soleil.

Pablo Stevenson a souligné que les médias sociaux sont l’une des plus grandes transformations à survenir depuis la révolution de l’internet. Il a affirmé aussi que la communication numérique et bidirectionnelle est appelée à rester.

Parmi les aspects qui viennent démontrer l’importance d’être sur les médias sociaux, il a cité ceux-ci :

- Les gens absorbent de plus en plus d’informations et sont plus éduqués.

- Il y a 800 millions d’utilisateurs de Facebook dans le monde, ce qui en fait le site le plus visité après Google.

- Si Facebook était un pays, il serait le 3e après la Chine et l’Inde.

- On a l’obligation d’aller là où sont les gens et ils sont sur les médias sociaux.

- Aujourd’hui, Facebook est installé par défaut sur le téléphone intelligent…

- Il y a 10 millions de communications sur Internet toutes les 20 minutes.

À titre d’exemple, M. Stevenson a cité le fait que bientôt, nous pourrons commenter une émission de télévision. Pour illustrer la puissance des médias sociaux, il a aussi donné en exemple la révolution arabe dont la mobilisation s’est faite par les médias sociaux. « Les mêmes jeunes que l’on dit peu impliqués en politique, via les médias sociaux, ils sont capables de s’organiser a-t-il aussi relevé. » Il a insisté sur l’importance de mobiliser les élèves afin qu’ils jouent le rôle d’ambassadeurs de leur école, même une fois qu’ils l’auront quittée. En ce sens, les médias sociaux peuvent jouer un rôle de mobilisation très important. Ils sont aussi un moyen de susciter des conversions dans l’école sur certains sujets. Il suffit à l’école de lancer ces sujets sur les médias sociaux.

Par ailleurs, Pablo Stevenson a encouragé les participants à bien gérer la réputation de leur établissement en ligne. « Il faut se rappeler, a-t-il dit, que chaque message laissé sur le Web devient une empreinte. Par conséquent, il est important que les élèves deviennent conscients que l’empreinte qu’ils auront laissée les suivra toute leur vie. »

En terminant, il a enjoint les gens à développer un système collaboratif dans leur milieu à l’aide d’un Wiki, de Facebook, de Twitter ou d’un autre média social. Il les a aussi invités à trouver différents moyens de capitaliser leur marque. Par exemple, il a expliqué que faire des partenariats peut apporter une valeur ajoutée, en aidant à faire connaître son établissement. M. Stevenson a conclu sa présentation en exprimant ceci aux gestionnaires et autres participants : « ça prend du bon sens. Vous avez la plupart des solutions ». Un message bien reçu par tous.

En bref

Le colloque sur les médias sociaux a permis aux participants de mieux connaître ce que sont les médias sociaux. Il a été l’occasion pour eux de réfléchir au sujet sous différents angles : prévention, aspects juridiques, politiques d’utilisation, programme de citoyenneté numérique, identité numérique, outil de gestion, etc. Les participants ont pu aussi prendre connaissance des  ressources mises à leur disposition pour faire de l’éducation auprès des jeunes, entre autres dans le cas de la cyberintimidation.

À n’en pas douter, la conversation et la réflexion vont se poursuivre dans les prochains mois. Il revient à tous de l’alimenter. Pourquoi pas sur le média social de votre choix?

Webographie

RÉCIT

RÉCIT. Site central : http// www.recit.qc.ca

RÉCIT privé. Site : http://recit.cadre.qc.ca/

Autres références web

Fédération des établissements de l’enseignement privés (FEEP). Site de la fédération : http://www.cadre.qc.ca/

Lessard, Martin. Site : http://martinlessard.com/

Lessard, Martin : Guide des meilleures pratiques, publié par M. Lessard et l'Alliance numérique sur le processus d'élaboration d'un projet web, d'une idée à sa réalisation. Lien: http://martinlessard.com/guide/martinlessard-guide-web.pdf

Cefrio, L’engouement pour les médias sociaux au Québec. Volume 2 - Numéro 1.  Site du Cefrio : http://www.cefrio.qc.ca/fileadmin/documents/Publication/NET_1-MediasSociaux_finalavecliens_.pdf

Cefrio, L’explosion des médias sociaux au Québec. NetTendances 2010. Volume1 - Numéro 1. Cefrio, http://www.cefrio.qc.ca/fileadmin/documents/Publication/NETendances-Vol1-1.pdf#search=%22médias%20sociaux%22

Sarrasin, Louise. « L’identité numérique, un levier ou un fardeau ». Site recit.qc.ca. http://recit.qc.ca/article/l’identité-numérique-en-faire-un-levier-pour-mieux-éduquer-0

On y trouve l’atelier donné par Judith Cantin, Pierre Lachance et Karine Thonnard lors du Rendez-vous virtuel du RÉCIT en juin 2011.

Thonnard, Karine. Document PowerPoint : L’identité numérique, un levier ou un fardeau :http://recit.qc.ca/documents/PPT_Th...

Du côté de la France

Tns Sofres. L’usage des médias sociaux chez les 8-17 ans. Site français Tns Sofres: http://www.tns-sofres.com/points-de-vue/C78FE440C295434496488FC71983BA18.aspx