Les Autochtones

Références

piste.gif (6970 octets)

QUIZA.gif (1537 octets)

 

 

Les Algonquiens

ameri.jpg (55049 octets)

Les Algonquins étaient nomades
(Revue 7 jours, mars 1999)

Leur habitation

Les wigwams servent aux Algonquiens pour se mettre à l’abri. Ils peuvent habituellement loger quelques familles.

Leur alimentation

Pour se nourrir, les Algonquiens pêchent et chassent. Les animaux les plus chassés pour leur chair sont : l’orignal, le chevreuil, le caribou, le wapiti, l’ours, le castor, le porc-épic, le lièvre, la perdrix, l’anguille, la truite et le saumon. Ce que les Algonquiens mangent le plus, c’est le poisson et la viande, mais ils se nourrissent aussi de plantes et de fruits sauvages.

Les vêtements

Les Algonquiens fabriquent leurs vêtements à partir des animaux comme le chevreuil, l’orignal, le lièvre, le castor, la loutre, la martre, le caribou et même l’ours. En hiver, l’homme porte des bas sans pied appelés mitasses qui protègent les jambes. "Les pieds sont recouverts de mocassins et les mains de mitaines." 1

Leurs coutumes religieuses

Les Algonquiens sont religieux, mais leur Dieu n’est pas Jésus. Il s’appelle Manitou. Pour eux, les objets et les animaux ont un esprit et du pouvoir. Avant d’aller à la chasse à l’orignal, les chasseurs veulent entrer en contact avec l’esprit pour ne pas lui déplaire.

Les enfants

Les enfants algonquiens ont une très grande liberté. Ils ne vont pas à l’école. C’est en regardant leurs parents ou les autres adultes que les enfants apprennent.

À dix ans, les garçons ont une éducation plus forte. Ils vont à la chasse avec les hommes. Pendant ce temps, les jeunes filles font l’apprentissage des tâches plus générales.

Les divertissements

Les Algonquiens aiment bien danser, chanter, raconter des récits et des légendes, pratiquer des sports et se livrer à des jeux d’adresse pour se divertir.FA.gif (1049 octets)

 

Les Iroquoïens

wigwam.jpg (52156 octets)

L'intérieur d'une habitation Iroquoise
(Revue 7 jours, mars 1999)

Leur habitation

Grâce à l’agriculture, les Iroquoïens peuvent se servir d’autres choses que les poissons et les animaux pour se nourrir. Alors, ils n’ont pas à se déplacer tout le temps pour trouver de la nourriture. Puisqu’ils vivent plusieurs années au même endroit, ils peuvent se construire des abris plus solides et plus confortables que ceux des nomades. C’est pourquoi ils habitent des maisons faites à partir de matériaux plus solides. Des familles de huit à dix personnes peuvent habiter sous le même toit. Dans des cas spéciaux, trente personnes peuvent habiter dans la même maison. La charpente de la maison est faite de troncs d’arbres et les murs d’écorces de cèdre. "L’intérieur est toujours en deux rangées de compartiments, séparées par une allée." Chaque famille a un compartiment et des lits privés. Au dessus de chaque lit, on entrepose les récoltes d’automne et les vêtements. "L’allée centrale permet aux familles de circuler, mais aussi de faire des feux pour cuisiner et se chauffer." Les Iroquoïens vivent dans de petits villages.

Leur alimentation

Les Iroquoïens ne vivent pas seulement de pêche, de chasse et de cueillette de fruits sauvages. Ils font aussi de l’agriculture. Ce qu’ils cultivent le plus c’est le maïs, mais ils cultivent aussi le haricot, la courge et le topinambour. Le plat habituel des Iroquoïens est la sagamité. La sagamité est une bouillie de farine de maïs avec des morceaux de viandes, de poissons ou d’haricots. Ils mangent aussi du mingan. Le mingan consiste à faire bouillir le maïs et le poisson.

En hiver, les Iroquoïens ne souffrent pas de la famine car en été, ils font des réserves de maïs. Quand il n’y a plus beaucoup de nourriture, les membres du même clan se la partagent. Les Iroquoïens, font cuire leurs aliments dans des vases faits de terre cuite.

Leur habillement

La façon dont les Iroquoïens s’habillent ressemble beaucoup à celle des Algonquiens, c’est à dire qu’ils portent des peaux d’animaux sauvages. Quelques fois, ils portent des souliers faits de feuilles de maïs. Ces souliers n’ont pas de talon. Le vêtement que porte la femme est la jupe et les hommes un brayet. En été, tout le monde est torse nu. Les vêtements sont recouverts de motifs. Les Iroquoïens portent aussi des bijoux faits d’aiguilles de porc-épic ou de coquillages. Chez les Amérindiens, c’est la femme qui fait les vêtements.

Les divertissements

Pour se divertir les Iroquoïens chantent, dansent, racontent des exploits, jouent à des jeux de hasard ou pratiquent des sports. Les hommes aiment jouer au jeu de la crosse. Les femmes jouent à un jeu de deux balles qui ressemble au jeu de la crosse.

FA.gif (1049 octets)

 

Les Inuits

inuit.jpg (27322 octets)

Articles confectionnés par les Inuits

Leur habitation

Les Inuits du 16e siècle construisaient des habitations bien faites pour la vie nomade. En été, les Inuits aimaient vivre sous la tente et en hiver dans un igloo. Dans une tente, la première partie sert de couloir d’accès. Il est recouvert d’une mince peau de phoque. Cette tente peut facilement se démonter ou se transporter. Ce n’est pas nécessaire de transporter l’igloo. Il faut être très habile pour le construire.

Leur alimentation

La base du régime alimentaire des Inuits est la viande et le poisson. Les Inuits mangent principalement du caribou, du morse, du phoque, du béluga, du lièvre et du lagopède. Ils mangent aussi du saumon, de l’omble chevalier et du touladi. L’été, les Inuits accompagnent leur nourriture de baies sauvages, d’algues, de moules et d’œufs d’oiseaux aquatiques. Ils font cuire leurs aliments dans un pot de stéatite de forme allongée.

Leur habillement

Les hommes et les femmes Inuits portent le même habillement. Ce vêtement comprend des bottes, des bas, un pantalon et une tunique. Ces vêtements sont faits de peaux d’animaux. Les bas sont faits dans des peaux de lièvre et les bottes dans des peaux de phoque ou de caribou. On peut confectionner certains vêtements dans la peau d’ours polaire et de morse. L’hiver, les Inuits portent deux pantalons et deux tuniques.

En arrière de leur tunique, les femmes ont une poche pour transporter un jeune enfant.

Leurs divertissements

Les Inuits aiment les jeux basés sur l’agilité, le hasard et l’endurance. Il y a un jeu qui consiste à prendre sans regarder un osselet avec un lasso au fond d’un sac. Les Inuits aiment chanter, danser et raconter des légendes. Dans leurs légendes, ils parlent de chasse et d’exploits de toutes sorte. Les femmes chantent très bien.

FA.gif (1049 octets)

 

Quelques croyances autochtones

L’attrapeur de rêve

Les attrapeurs de rêves ont un effet bénéfique autant sur les enfants que sur les adultes. Que ce soit le pouvoir du Grand-Esprit ou le pouvoir de suggestion, vous trouverez que les mauvais rêves semblent disparaître des cycles du sommeil.

La légende nous dit que l’attrapeur de rêve était utilisé par les autochtones et qu’il était suspendu dans le quartier de sommeil de la demeure.

Son usage est d’attraper tous les rêves, bon ou mauvais. Les mauvais sont pris dans la toile et tenus jusqu’à la première heure du matin, qui les brûle.Les bons rêves retrouvent leur chemin et reviennent par les plumes.

Les animaux

Pour les Autochtones une corne d’orignal représente la noblesse, une corne de chevreuil la chance. La patte de faucon porte leurs prières à Dieu. La plume de malard signifie la beauté ou la bonté intérieure. Les poils, les dents et les griffes de l’ours représentent l’énergie positive . La fourrure d’une queue de vison représente la protection des enfants et des adultes et le coyote la rapidité d’esprit.L’aigle représente le symbole universel pour tous les Autochtones.

Les couleurs

Le rouge : le feu – les peaux rouges
Le blanc :l’air – nous
Le noir : la terre – les gens de race noire
Le jaune : le soleil – les asiatiques

Les éléments de la nature

Le feu : les battements du cœur
La terre : la mère
Le ciel : le père
L’eau : la grand–mère
L’aube rassemble les ancêtres.
L’esprit du soleil  fait pousser les plantes.
La lune éclaire la nuit.

FA.gif (1049 octets)

 

Références

Livres

Picard, Jean-Luc. Ma région. (Explorons la réalité) CEC

Inc., Montréal, Québec. Pages 65 à 103.

Sites

http:www.autochtones.com/

Personne ressource

Mary Sylvie Gagné

Revue

Extra FA.gif (1049 octets)